Oui, la biphobie existe

Je reviens de la lecture du deuxième numéro de suck my glock ! Il y a vraiment plein de choses chouettes dedans, du coup ça m’embête de le call out sur un aspect qui n’est pas central à son propos, mais ça me semble important.

Il y a déjà eu la «biphobie» pour laquelle j’ai eu un peu de mal. Je veux dire, je suis prête à être convaincue qu’il y a une spécificité de la biphobie, mais jusqu’à maintenant tous les exemples de biphobie qui m’ont été donnés étaient soient des choses qui pouvaient être exprimés en terme d’homophobie ou de lesbophobie, soit des exemples au final tout à fait propres à la communauté LGBT, et je ne pense pas qu’on puisse mettre sur le même plan une oppression systémique avec des sortes de normes alternatives propres à un certain milieu, aussi excluantes soient-elles. Mais bon, pourquoi pas ?

La première chose qui me gêne, c’est que quand on ne sait pas, on fait des recherches. Après, c’est un fanzine, pas une thèse de doctorat sur la biphobie au XXIème siècle en France, donc je peux fermer les yeux là-dessus.

Le second c’est que non, en tant que femme bisexuelle, je ne peux pas penser que ce que je subis en tant que femme-qui-aime-les-femmes comme de la lesbophobie. Parce que j’ai trop souvent été invitée à partir de milieux lesbiens qui craignaient sans doute que je les contamine avec ma présence impure pour arriver à m’identifier sous des étiquettes de « lesbienne » ou de « gouine ».

Je vais faire l’hypothèse (fausse) que la biphobie pourrait se résumer à « homophobie + la communauté LGBT est pas accueillante ». Même si ce n’était que cela, cela serait suffisant pour nécessiter un terme propre. Parce que, du coup, nous ne sommes nulle part à notre place. Les espaces LGBT sont à nous en tant que bis, on ne devrait pas avoir à justifier d’un pedigree, d’une « vraie oppression », pour pouvoir y rentrer. Nous sommes chez nous.

Enfin, vu que c’est le point qui semble déranger le plus, oui, il y a des exemples de biphobie perpétuées par « tout le monde » et même de la biphobie spécialement faite par des mecs hétéros (car tout le monde sait que seuls les mecs hétéros sont capables d’être oppressifs) :

  • l’invisibilisation de la bisexualité dans l’histoire et dans la fiction : je ne compte plus le nombre de personnes qui sont choquées quand j’ose dire quelque chose d’aussi radical que « Freddie Mercury était bisexuel ». Dans la fiction, les personnages bisexuels sont très rarement nommés comme tels (quand ils ne tombent pas dans « ah mais en fait j’ai toujours été homo » / « ce n’était qu’une aventure homo ça ne veut rien dire je reste hétéro », qui sont toutes les deux valides, juste qu’il y a une troisième voie aussi) : on en arrive au point où, pour parler de Jack Harkness, les scénaristes préfèrent utiliser un néologisme plutôt que d’utiliser un mot déjà disponible. L’invisibilisation va parfois tellement loin qu’on en vient à devoir justifier que oui, la bisexualité existe et qu’on est pas « des gays qui ne s’assument pas » (pour les bisexuels) ou « des hétéras qui font style » (pour les bisexuelles). [Exercice donné à la lectrice : seras-tu reconnaître la manière dont le sexisme influence la biphobie ?]
  • la sexualisation des femmes bisexuelles par les hommes hétéros. J’ai un peu du mal d’ailleurs à voir comment on peut reconnaître que les lesbiennes subissent cela et le nommer à juste titre lesbophobie en oubliant que les femmes bisexuelles subissent totalement cela aussi. Les « demandes » de plan à trois (pardon, la certitude qu’on va accepter un plan à trois et qu’on a un carnet d’adresse plein de bonasses bies et partantes là tout de suite), on les a aussi. On se retrouve d’ailleurs avec un risque de subir un viol de 46%, soit plus de trois fois plus élevé que les hétéras ou les lesbiennes.

Je ne dis pas que, régulièrement, « l’agenda bisexuel » ne va pas être, concrètement, de lutter contre l’homophobie ou la lesbophobie. Mais cela ne veut pas dire que la position des bisexuel-les soit d’être de suiveurs des gays et lesbiennes « naturellement » leaders et subissant les « vraies » oppressions.

Advertisements

4 réponses à “Oui, la biphobie existe

  1. Oui, oui, oui pour la bisexualité (ou l’absence de ?) dans la fiction. J’ai tout de suite pensé à Willow de Buffy the Vampire Slayer, qui aurait été une série encore plus géniale si ledit personnage avait eu la liberté d’être bi (au moins, de se poser la question sérieusement). En revanche, pour Jack Harkness, bien que je n’écoute pas Doctor Who depuis assez long pour le savoir de première main, j’ai cru comprendre qu’il était omnisexuel dans le sens « tout ce qui bouge ». Surtout en fantasy, ça dépasse « femmes + hommes ». Cela dit, la question reste ouverte : est-ce qu’on a envie de revendiquer un sex addict avéré comme représentant de la communauté LGBT ou bi ? ou est-ce que c’est la variété et la multiplicité des modèles qui fera la représentativité, donc oui, tout est bon à prendre ?

    • Jack n’est pas un sex addict (en tout cas pas dans Doctor Who et pas dans le début que j’ai vu de Torchwood). Juste, il est un personnage de série TV, et donc comme tout personnage de série TV il est entouré de gens particulièrement séduisants. (Oui, moi aussi si on me met dans la même pièce que David Tennant, Billie Piper et Freema Agyeman, je vais draguer tout ce qui bouge).

      Ce que je me demande, c’est pourquoi quand c’est « bisexuel + aliens », on invente un autre mot, mais pas pour « hétéro + aliens » (Rose et Martha sont attirées par un Time Lord, donc pas vraiment un humain. Et The Doctor est tombé amoureux de Time Lord, d’humaines, et a eu une attirance pour une descendante de la forêt tropical, au moins).

      Pour moi, l’important est d’avoir une variété et multiciplicité des modèles : des Jack Harkness et des asexuels biromantiques. Des monogames, des partenaire principal-e + amant-e, des célibataires et des polyamoureux 🙂

      • I stand corrected. Comme je l’ai dit, je ne connais pas son personnage de Doctor Who (et je confirme que dans Torchwood, ça ne se sent pas vraiment).

        Et oui, la deuxième remarque est très juste. J’y pensais vaguement en l’écrivant, même si je lis aussi beaucoup de fantasy où les créatures/aliens sont des humanoïdes dont le genre/sexe est le calque de ce qu’il est pour nous (voire où les sexes sont davantage différenciés). Je pense qu’on peut parler de homo/bi/hétéro dans ce cadre ; pas forcément dans tous les cadres de SF/fantasy. (Mais j’ai bien compris que ta remarque vise l’incohérence à l’intérieur d’une même série, donc je ne la conteste pas du tout.)

  2. Tes articles sont super intéressants. J’aurai pu les écrire (d’ailleurs, on a le même prénom haha, hem) ^^ C’est assez déprimant comme cette phrase que m’a un jour sorti une amie se révèle assez juste dans la réalité : « quand une femme dit qu’elle est bi, on pense qu’elle aime les hommes; quand un homme dit qu’il est bi, on pense qu’il aime les hommes. » Bonjour le sexisme dans la biphobie quand même. Et cette idée que les bis sont forcément polygames… Et qu’on est pas fidèles… Bref la liste est longue de tout ce que je peux entendre vis à vis de mon orientation sexuelle. Et comme je n’ai eu de relations sérieuses qu’avec des hommes, les gens tombent des nues quand je peux dire que j’aime aussi les filles (« mais tu es quoi en fait ? » C’est vrai qu’on est toujours obligé de justifier sa sexualité dans ce monde).

    Concernant la biphobie au coeur de la communauté LGBT, je ne m’en suis pas trop rendu compte car je n’en fais pas vraiment partie, mais une de mes amies, en couple avec une fille depuis son adolescence, m’avait dit un jour que « la bisexualité c’est n’importe quoi, c’est pour les gens qui se cherchent, les ados qui veulent faire leurs malignes. » Je précise que cette fille ne se disait pas lesbienne, et que si un jour elle se séparait de l’amour de sa vie elle ne se remettrait jamais avec une fille. Cohérence bonjour…

    Bref, je vais continuer à lire et partager tes articles, je trouve que l’on ne parle pas assez de la biphobie !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s